A45 - Le Président de la République a-t-il vraiment dit qu'elle se fera ?

Le Président de la République a-t-il vraiment dit qu'elle se fera ?

Mardi dernier, le Président de la République rendait visite à une entreprise de transports routiers à La Fouillouse, près de Saint-Etienne.

Comme c'est bizarre ! c'est justement là que l'A45 devrait arriver si le projet se réalisait.

Que croyez-vous qu'il allait se passer ? il est évident que les interlocuteurs du Président (des routiers) allaient lui seriner l'air de l'A45 !

Le Président a effectivement parlé de l'A45 à la sortie du restaurant. Je remarque qu'il ne l'a pas fait dans un discours officiel : pas un mot en public, pas d'annonce transcendante ! Les médias télévisés n'ont pas montré le Président intervenant sur le sujet. On peut se demander si le Président est si convaincu que cela de la nécessité de l'A45.

Le Président renvoie la patate chaude au niveau du Préfet qui doit mettre les collectivités territoriales d'accord et leur faire accepter de financer une partie du projet sous forme de subventions d'équilibre au profit du futur concessionnaire pas encore désigné (800 millions d'euros pris sur nos impôts !).

                       - Le Président de la Région Rhône-Alpes, pourtant favorable à l'A45, s'indigne d'être sollicité pour un projet qui n'est pas de la compétence de la Région !

                       - Le Président du Conseil Général du Rhône a toujours dit qu'il ne mettrait pas un euro dans ce projet !

                       - Le Président du Grand Lyon est favorable à l'A45 à condition qu'elle arrive hors du Grand Lyon, au sud de Givors, car il craint l'arrivée de 50 000 véhicules supplémentaires sur Lyon : mais cette condition contrarie le projet de l'Etat car l'A45 était prévue pour  déboucher sur l'A450 près de Brignais ! Ce ne serait plus l'A45 telle que l'enquête publique l'a définie et telle que le Conseil d'Etat l'a validée !

                      -  Restent le département de la Loire et Saint-Etienne Métropole : ils réclament l'A45 mais ont-ils des finances assez saines pour participer à un tel projet ? Les médias désignent Saint-Etienne parmi les villes les plus endettées de France !

"Sous trois mois, a dit le Président, les collectivités devront se mettre d'accord pour une subvention d'équilibre correspondant à un pourcentage du prix de l'A45" mais le coût de l'A45, selon le Président lui-même, n'est pas complètement déterminé : les collectivités territoriales peuvent-elles s'engager sur un pourcentage sans connaître le montant réel de leur éventuelle participation ?

Si les collectivités territoriales ne s'entendent pas sous trois mois, "l'Etat décidera" a dit le Président. Il n'a pas dit : "L'A45 se fera".

Mais l'Etat décidera quoi ?

           - de faire l'A45 ? Avec quel argent ?

           - d'abandonner l'A45 au profit des alternatives (rénovation de l'A47 existante et liaison ferroviaire) ? Les bouchons des bouteilles de champagne et des bouteilles de vin des Coteaux du Lyonnais (AOC) sont prêts à sauter dans les caves de la SCL !

           - de laisser le projet en l'état et d'attendre les résultats des prochaines élections en 2012 ? Ce serait le moindre mal !

La SCL déplore les interventions de la presse écrite qui titrait "Sarkozy : l'A45 Lyon-Saint-Etienne se fera " car le Chef de l'Etat est loin d'avoir été aussi catégorique que l'annonce la presse.

 

La SCL rappelle que, le 8 mars dernier, lors de son rendez-vous au Secrétairiat d'Etat aux Transports, le Chef de Cabinet de Thierry MARIANI a dit et répété que l'Etat était fauché et tant que les collectivités territoriales ne mettraient pas la main à la poche pour aider au financement, l'A45 ne se ferait pas.

Est-ce que le Chef de l'Etat a vraiment dit autre chose à La Fouillouse que ce que nous avons entendu le 8 mars à Paris ?

 

La SCL compte sur les élus municipaux pour relayer l'opposition toujours grandissante à l'A45 auprès des élus du Conseil Général et du Conseil Régional afin qu'ils n'acceptent pas de financer avec nos impôts une autoroute à péage concédée au privé.

 

La crainte de la SCL : Si les collectivités territoriales refusent d'accorder des subventions d'équilibre, ne vont-elles pas accepter la clause de déchéance accordée au futur concessionnaire, comme cela a été pratiqué pour l'A65 (Langon-Pau). Elles n'auraient rien à payer immédiatement mais elles s'engageraient alors à régler le déficit au concessionnaire année après année si, dans un délai de 10 ans, l'autoroute s'avérait déficitaire". Ce qui signifierait que les collectivités territoriales laisseraient à nos enfants le spectre d'un endettement supplémentaire que nos élus n'auraient pas eu le courage d'empêcher pendant qu'ils étaient aux manettes. La SCL n'ose pas croire à cette éventualité et compte sur le sérieux de nos élus départementaux et régionaux !!!!

 

La SCL lutte depuis plus de 21 ans contre ces projets du siècle dernier et pour la prise en compte d'alternatives dignes du XXIème siècle pour une planète vivable !

La Déclaration d'Utilité Publique (DUP) de l'A45 a été signée depuis déjà 3 ans et 2 mois ! Et il n'y a toujours pas d'appel d'offres pour désigner le concessionnaire !

Restons mobilisés ! Continuons à manifester notre opposition ! Nous avons tout à gagner !