A65 - LANGON - PAU

2. A65 (Langon-Pau) : triste exemple qui pourrait malheureusement s'appliquer au projet A45 (Saint-Etienne/Lyon)

Malgré les engagements du Grenelle de l'Environnement, Thierry MARIANI, Secrétaire d'Etat aux Transports, a inauguré l'A65 (Langon/Pau) le 14 décembre dernier.

Ces 150 km d'autoroute ont coûté 1,5 milliard d'euros et confisqué plus de 1 600 ha à des zones naturelles et à des prairies humides riches en faune et en flore.

Le péage fixé à 15,80 pour les véhicules légers et à 58,90 pour les poids lourds est très dissuasif : bon nombre de poids lourds continuent d'emprunter les routes nationales. Certaines communes envisagent d'interdire le passage des poids lourds sur leurs territoires...

Vous pouvez lire l'article du Sud-Ouest grâce au lien suivant :

 

http://www.sudouest.fr/2011/01/20/les-camions-evi-tent-l-a-65-295215-4329.php

 

Il y a un grand risque reconnu pour que cette autoroute soit déficitaire  : qu'à cela ne tienne ! Le concessionnaire a obtenu que soit insérée une clause de déchéance à la convention de financement signée entre l'Etat, les collectivités locales et la Société Aliénor. Cette clause de déchéance implique que, si le trafic prévu à l'ouverture de l'autoroute (7 400 véhicules/jour) ne double pas d'ici 2020, la totalité de la dette bancaire sera à la charge des collectivités traversées par l'autoroute.

 

Autrement dit, les élus d'aujourd'hui qui ont poussé le projet A65 en acceptant une telle clause ne seront plus en poste pour rendre des comptes le jour où la société autoroutière viendra frapper aux portes des collectivités. En revanche, les citoyens de demain seront bien là, obligés de payer par leurs impôts l'inconscience des responsables d'aujourd'hui.

 

Bien que l'A45 (Saint-Etienne/Lyon) présente un certain nombre de similitudes avec l'A65 (zones naturelles et prairies humides dévastées, péage coûteux, déficit probable), la mobilisation des associations, des élus et de la population porte pour l'instant ses fruits puisque, 2 ans et demi après la signature de la Déclaration d'Utilité Publique, l'appel d'offres pour concessionnaire n'a pas été lancé par le gouvernement : c'est bien la preuve que ce projet est un mauvais projet.

Conclusion : il faut que,  tous, nous restions mobilisés et prêts à agir...