Le Point sur l'A45

1. Le 17 juillet 2008, signature de la Déclaration d'Utilité Publique de l'A45.

Depuis 17 mois, plus rien : aucun appel d'offre n'a été lancé par l'Etat (ce qui démontre encore une fois son embarras).

2. Début octobre 2009 , le Ministre Jean-Louis BORLOO a mandaté le Préfet de Région Rhône-Alpes pour finaliser le plan de financement de l'A45

  • Le projet A45 est estimé par l'Etat à 1,2 milliards d'euros (estimation 2003 !).
  • Une subvention d'équilibre serait versée au concessionnaire qui sera désigné pour construire l'A45 : cette subvention serait estimée à 720 millions d'euros que devraient se partager les collectivités territoriales (nos impôts !) : Conseil Général de la Loire, Conseil Général du Rhône, Saint-Etienne-Métropole, Conseil Régional Rhône-Alpes. Le Ministre a également demandé au Conseil Général de Haute-Loire de donner son accord. Pour le Ministre, l'accord des collectivités terrotoriales est indispensable au lancement de la procédure d'appel d'offres pour désigner le concessionnaire de l'A45. En d'autres termes, les collectivités devraient mettre la main à la poche pour venir à la rescousse de l'Etat ! Ce qui est surprenant, c'est que pour une autoroute A45 (Saint-Etienne/Lyon) qui ne concerne normalement que les collectivités territoriales de la Loire et du Rhône, le Conseil Général de Haute-Loire doive participer au financement de cette subvention d'équilibre (on n'est plus à une incohérence près !)

3. Le 9 novembre 2009, La Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais (SCL) est reçue par le Ministre de l'Aménagement du Territoire et de l'Espace Rural, Michel MERCIER (aussi Président du Conseil Général du Rhône).

Compte rendu :

Noël COLLOMB (SCL) rappelle les différentes motions et délibérations du Conseil Général du Rhône (sous la présidence de Michel Mercier) contre l’A45 et développe un argumentaire basé sur une lettre de 16 pages que Michel Mercier du 25 septembre 2006 a adressé au Préfet dans laquelle il prend position contre l’A45 et pour les alternatives (remise aux normes de l’A47, amélioration significative de la liaison ferroviaire avec nouveau pont sur le Rhône, contournement de Givors vers le sud en direction de l’A7 et amélioration du nœud routier de Pierre-Bénite) dont plusieurs sont réclamées par la SCL. Il lui demande si sa position actuelle de Ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Espace rural lui permet de faire avancer ces alternatives annoncées dans ce courrier deux ans avant la tenue du Grenelle de l’Environnement.

Michel MERCIER confirme ses propos de 2006 mais aussitôt il déclare qu’au-delà des problèmes de la liaison entre Lyon et St Etienne, l’enjeu est la saturation de la circulation autour de Lyon : la rocade Est est saturée (elle rallonge le trajet N/S) et les élus de la Loire souhaitent pouvoir se raccorder à la partie Est de Lyon plus dynamique (Saint-Exupéry).

2 axes ont été pensés : l’A89 et l’A45 (il ne cite pas la rénovation de l’A47 – Ndlr).

  • A89 Balbigny (42)/La Tour-de-Salvagny (69) : Michel Mercier rappelle qu’elle commence à Bordeaux et arrive sur l’A72 au nord de St Etienne pour se détourner vers La Tour de Salvagny où elle se termine dans la campagne. La priorité du gouvernement est de trouver une solution de raccordement à l’A6 – difficile car tracé bloqué sur Limonest …
  • TOP (Tronçon Ouest Périphérique de Lyon, 1ère couronne) : Michel Mercier indique que le tracé est défini et connu de tous depuis longtemps. La Communauté Urbaine de Lyon a écrit au Préfet début novembre 2009 « qu’elle ne conçoit pas le TOP sans le COL ».
  • COL (Contournement Ouest de Lyon, 2 ème couronne) : peu éloquent sur le sujet, Michel Mercier affirme seulement que l’Etat n’a pas d’argent pour le COL.
  • A45 Saint-Etienne/Lyon : pour Michel Mercier «  c’est un truc bizarre » qui part aussi de l’A72 comme l’A89…et qui commence bien trop au nord de St Etienne ; Les Stéphanois ne vont certainement pas remonter vers le nord pour redescendre vers Lyon. L’A45 doit plutôt être considérée comme étant une coursive entre Rive de Gier et Pierre-Bénite. L’A45 seule n’a que peu de valeur avec pour principal reproche son arrivée vers Lyon, et elle en prend beaucoup plus si l’on considère le COL qui permet les liaisons au nord et au sud.


Sujet adjacent aux projets autoroutiers : les LGV (lignes ferroviaires grande vitesse) en Rhône-Alpes et Auvergne. Une nouvelle ligne est imaginée au départ de Paris Austerlitz, pour passer sur Clermont-Ferrand puis vers Roanne avec un embranchement vers St Etienne et une continuité sur St Exupéry.

Le Ministre souligne que la volonté de l’Etat est orientée vers le Fer au détriment du Routier : il insiste en disant qu’il il n’y a plus de budget pour le routier. (Il indique avec fierté que le budget du routier a été divisé par 2 au Conseil Général Rhône depuis sa Présidence).

Le Ministre annonce qu’il n’y a pas plus d’argent pour l’A45 que pour le TOP ou le COL, que BORLOO est résolument contre l’A45 alors que FILLON est pour, que chacun passe ce dossier très politique aux autres sans prendre de décision. Michel Mercier estime à propos de l’A45 « qu’on l’inscrit dans les schémas, mais qu’on ne la fait pas … et que cela va continuer … » et plus généralement à propos des autoroutes « qu’elles ne font pas de miracles et que l’A89 n’améliorera pas la situation économique de Tarare ». Aucune décision n’est prise pour l’A45, le TOP et le COL. C’est une période d’incertitude pour ces projets. La priorité est donnée à la liaison A89/A6, mais attention, elle définira certainement le début au nord du COL. Le danger viendra de l’amorce du COL au nord.

Le Ministre précise que pour chaque tronçon d’autoroute, la part du financement privé est calculée sur les revenus des péages estimés, le reste est réparti entre l’Etat « qui n’a plus de budget pour çà » et les collectivités territoriales locales « qui ne veulent pas payer l’A45 sauf le CG Loire ».

A propos de l’amélioration de l’A47, le Ministre précise que le financement des installations revient aux collectivités et que si élus locaux en font la demande, il appuiera les dossiers. (action SCL d’information auprès des municipalités ? Ndlr)

Michel MERCIER attire notre attention sur le fait que si un incident grave survient sous Fourvière, cela peut changer la donne et redynamiser les dossiers COL et A45. Il souligne que les Stéphanois ont un fort sentiment d’isolement et qu’il appuiera le dossier de la ligne FER entre St Etienne et St Exupéry.

Concernant la CCI (St Etienne – Montbrison sans qu’elle soit citée – Ndlr), Michel MERCIER pense que « les élections ne sélectionnent pas forcément les meilleurs » (sic). Remarque est faite par quelques élus présents à propos de la pub récente de la CCI pour l’A45 dans le Progrès local : c’est un ramassis de mensonges !
 
Julia LOURD (Sauvegarde des Coteaux du Jarrez) précise que la concentration du problème sur l’A47 se situe entre St Etienne et Rive-de-Gier : C’est un problème local qui ne sera pas résolu par l’A45. La solution peut être un tram via les centres-villes de la Vallée du Gier, actuellement délaissés, pour leur redonner vie. Michel Mercier indique que cela n’est pas du ressort du Ministre mais de la Région et des collectivités locales de la Loire.
 
Edmond LUCA (expert consultant en transports) intervient : se basant sur les chiffres donnés par nos détracteurs, il prouve que le ferroviaire peut faire bien plus et beaucoup mieux que l’A45 entre Saint-Etienne et Lyon. Il rappelle les engagements de l’Etat en matière d’environnement et l’antinomie des projets autoroutiers. Il indique que l'A45 serait en opposition avec Grenelle notamment par son doublement des Gaz à Effet de Serre (GES) en 2035 alors qu'il faudra les diviser par 2 ! Enfin, il démontre qu’une personne qui fait quotidiennement le trajet Saint-Etienne/Villeurbanne pour son travail par le train + TCL dépense 130 euros/mois (parfois divisée par 2 grâce à la contribution de l’employeur) alors qu’en voiture individuelle, en se basant sur le barème fiscal, il dépense entre 988 et 1200 euros  selon qu’il utilise l’A45 à péage ou non (soit 8 ou 16 fois plus par la voiture que par le train).

Paul DELORME (Conseiller Général) rappelle l’action de la Région pour le réseau ferré de l’Ouest lyonnais et souligne l’importance du tronçon Brignais / Givors en continuité de la ligne St Paul / Brignais. Michel Mercier appuiera cette solution Givors/Brignais. Paul Delorme précise aussi qu'un essai sera réalisé avec une navette bus entre Mornant et Givors-gare (via Saint-Andéol) pour rabattre les usagers sur Givors.

Noël COLLOMB conclut en indiquant qu'il faut se faire à l'idée qu'au XXIème siècle les déplacements seront de moins en moins routiers et que l'argent nécessaire au projets autoroutiers serait mieux utilisé à développer les alternatives non routières.

Michel MERCIER souligne que la prochaine échéance électorale sera les Régionales et que le débat sur les transports en commun pourrait bien en être l’un des thèmes principaux. Il nous conseille de prendre contact avec le président de la région pour étudier avec lui tous les projets liés aux transports en commun qui sont nos solutions et qui sont du ressort de la région.

4. Le 18 novembre 2009, trois élus de la Loire ont été reçus par Jean-Louis BORLOO

Le Ministre a reçu à leur demande François ROCHEBLOINE, Député de la Loire (Nouveau Centre), Bernard BONNE, Président (UMP) du Conseil Général de la Loire et Michel THIOLLIERE, Sénateur (UMP) de la Loire. Suite à cet entretien :

  • Le Président du Conseil Général de la Loire a donné son accord pour la subvention d'équilibre en prétextant que cette subvention servirait au Contournement de Saint-Etienne (prolongement de l'A45).
  • Le Président de Saint-Etienne-Métropole (Maurice VINCENT, PS) a donné son accord sans s'engager sur la somme.
  • Le Président de la Région Rhône-Alpes, (Jean-Jack QUEYRANNE, PS) est d'accord avec le projet mais il voudrait que l'Etat finance tout.
  • Le Président du Conseil Général de la Haute-Loire (Laurent WAUQUIEZ, UMP, également Secrétaire d'Etat à l'Emploi) dit qu'il est favorable à l'A45, que Georges FILLON est favorable à l'A45 et que Michel MERCIER et Jean-Louis BORLOO (tous deux opposés à l'A45) devront s'incliner.
  • (Rappelons ici que tous les élus de la Loire ne sont pas favorables au projet A45 : le maire de La Talaudière, par exemple, est opposé à l'A45 et a fait un recours en Conseil d'Etat)

5. Anecdote : l'A45 me poursuit où que j'aille !

Au cours d'une balade à Aix-les-Bains (en Savoie, rien à voir avec Saint-Etienne/Lyon !), j'ai découvert cette carte postale qui émane d'une maison d'édition suisse. Vous avez l'impression d'être au volant d' un véhicule qui circule à contresens sur l' A45 avec un panneau (signalisation conviviale !) dans votre direction qui vous indique que vous roulez à contresens. Humour suisse ?
Moi je dis que c'est l'A45 qui est un projet à contresens de la logique des déplacements du XXIème siècle !
En voyant cette carte postale, j'ai hésité entre rire et pleurer mais je ne résiste pas au plaisir de vous l'adresser : ensemble rions (jaune) ou pleurons !

A45 un contresens

Noël Collomb, Co-Président de la SCL intercommunale (Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais)