A propos de l'A89

La SCL dénonce :

Aujourd'hui le scandale de l'A89 !

Demain celui de l'A45 et du COL ?

Quand le Conseil d'Etat donne un avis défavorable au désamiantage du Clemenceau en Inde, le Président de la République s'incline et ordonne son retour en France.

Mais quand ce même Conseil d'Etat donne un avis défavorable à l'attribution de la concession du tronçon de l'A89 (Balbigny / La Tour-de-Salvagny) aux Autoroutes du Sud de la France sans appel d'offres réglementaire, les Sénateurs puis les Députés contournent la loi existante en en faisant une autre pour parvenir à leurs fins : c'est un scandale !

La SCL avait pourtant alerté préalablement le Président de la République, le Président du Conseil d'Etat, le Président de l'Assemblée Nationale, une dizaine de Sénateurs, et les 577 Députés par une lettre postale et un message Internet adressés nominativement à chacun d'eux en particulier pour dénoncer ce qui se tramait au Sénat et à l'Assemblée Nationale :

« ...Nos concitoyens sont à même de se demander quel crédit apporter à une institution (fût-elle Assemblée Nationale ou Sénat) s'il lui suffit de modifier la loi pour rendre possible une action jugée illégale par le Conseil d'Etat. Dans cette affaire, nous considérons comme scandaleux le dédain de ces élus vis-à-vis de la plus haute autorité du pays en matière de légalité. Nous réprouvons totalement la méthode qui consiste à contourner les décisions du Conseil d'Etat et à discréditer cette instance impartiale, indépendante de toute pression de la part de groupes d'intérêt ou lobbies. Nous craignons que ce type d'actions de la part de nos élus ne les éloigne davantage de leurs électeurs et que ceux-ci ne désertent encore plus les bureaux de vote dans l'avenir... »

Madame DINI, Sénateur du Rhône, a déclaré lors de la discussion au Sénat le 7 février dernier (cf. compte-rendu analytique officiel de la séance) : « Quelle confiance les électeurs peuvent-ils nous accorder s'il suffit d'une proposition de loi pour contourner l'avis de la plus haute instance administrative ? Hier, à Lissieu, commune directement concernée par l'A89, les élus se sont entendu reprocher d'être tous pourris ! »

La SCL persiste encore à considérer que les élus ne sont pas tous pourris. Cependant, lors des prochaines échéances électorales, elle aura du mal à démontrer à nos concitoyens l'importance de leur vote si la loi est ainsi contournée par ceux qui la font et si la plupart des élus opposés à l'A89 s'abstiennent honteusement comme ce fut le cas ce 23 février dernier ou ne prennent pas part au vote d'une manière peu courageuse, laissant ainsi le tapis rouge largement étalé à ceux pour qui la fin justifie les moyens.

Malgré les discours officiels prônant la Démocratie Participative , notre association, comme beaucoup d'autres, se sent muselée, négligée, ignorée, maltraitée (sur le plan local, régional, voire national).

Citoyens, ne nous laissons plus faire : réagissons !

Ce qui arrive aujourd'hui à l'A89 pourrait bien un jour se reproduire aussi pour l'A45 et pour le COL : alors, mobilisons-nous sur le plan local, régional, voire national !

Venez nous rejoindre pour plus d'efficacité : ensemble, nous ferons basculer tous ces projets !

Noël COLLOMB , Co-Président
Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais (association intercommunale)
E-mail : noel.collomb@club-internet.fr